Avantages et Dangers

 

Les avantages :

 

La méthanisation est avant tout une énergie renouvelable.

Grâce a elle, il y a une réduction des déchets ménagers, la méthanisation perrenouvelablemet de valoriser des déchets aujourd'hui non traitable (Par exemple, 50 000 tonnes valorisables par an pour une unité de méthanisation de 1.7 mWh).

La préservation de l’environnement avec un bilan Carbone neutre.

Une alternative énergétique, avec la production d’une énergie durable issue de matières organiques locales, permettant de générer de 100 kWh à 2 500 kWh électrique, soit la consommation annuelle de 3 000 foyers !

La source d'énergie de la méthanisation est la fermentation de la matière organique (une grande partie de nos déchets sont de la matière organique) et existante en grande quantité.

En plus de produire du méthane, la méthanisation produit du digestat. Celui-ci est utilisable comme fertilisant.

L'énergie peut être valorisée sous plusieurs formes: électricité, chaleur, combustible ou carburant de demain avec le biogaz.

 

Par ailleurs, le projet SIPER permettra notamment de chauffer le centre aquatique Diabolo dans la ZA de Bourg-de-Péage.

« C’est une chance inouïe que d’accueillir sur notre territoire de tels projets innovants qui allient développement économique et écologie », rappelle Béatrice Frecenon, adjointe chargée de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire et du cadre de vie.

 


durable


Les Inconvénients :

 

  Le gaz créé par la méthanisation est dangereux: c'est un gaz explosif, corrosif et toxique (en raison de la présence d' H2S).

En témoigne la vidéo de l'explosion du méthane :


(Même si cette vidéo doit être nuancé, car nous utilisons 33% de méthane et 77% de dioxygène, contrairement à la méthanisation qui contient 55% de méthane et 43% de dioxyde de carbone.)

 

 Un minimum de précaution doit être pris pour éviter la dégradation rapide des matériaux et les risques potentiels pour les riverains et le personnel, si ces précautions sont respectés, l'installation ne présente aucun risque :

-Eviter tout appareil électriques près du digesteur,

-Surveillance des fuites,

-L'utilisation de matériaux non corrosifs.

    Le problème est également la place ! Il faut environ 1000m3 pour stocker l'équivalent d'environ 700 litres de fioul. Le stockage sous pression permettrait de réduire ce volume, malheureusement, cette compression est coûteuse et consomme de l'énergie. Cette option ne concerne donc que les installations très importantes. Le gaz doit et est directement consommé après sa création dans le digesteur car il est difficile à stocker à cause de sa place et de sa dangerosité.

    Le digesteur doit être maintenu à une température avoisinant les 37°C(les bactéries travaillent à la même température que le corps humain pour se développer) : dans le cas contraire, la digestion est grandement ralentie (elle peut passer d'une durée avoisinant de 1 mois, à 6 mois), Une partie du biogaz crée (environ 20 à 30%) est utilisée pour maintenir cette température à 37°C.

    Le biogaz est malodorant, à cause du souffre H2S qui le compose (Le souffre est connu pour son odeur d'oeuf pourri). L'odeur n'est bien sûr gênante qu'en cas de fuite dans l'installation, il existe pour cela des PPRT (Plan de Prévention des Risques Technologiques)

   Malgré les aides de l'UE et de l'Etat (de 10 % à 50 % de l'investissement), le prix d'une installation reste élevé, il faut compter 5 000 € par kWe. 

 

(http://fr.wikipedia.org/wiki/Méthanisation)

(http://www2.ademe.fr)

(http://www.methanisation.info/)

(http://www.chambres-agriculture.fr/thematiques/produire-durablement/energies-et-climat/la-methanisation-bien-plus-que-de-lenergie/)

(http://www.developpement-durable.gouv.fr/)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×